Qu’est-ce que l’hypnose Ericksonnienne ?

L’hypnose est un moyen rapide et sans douleur pour intervenir et résoudre des problématiques existantes depuis des années.
L’hypnose ericksonienne est une nouvelle conception de l’hypnose et de son utilisation à des fins thérapeutiques due à Milton H. Erickson (1901-1980), psychiatre américain qui a consacré l’essentiel de sa carrière à l’étude scientifique de l’hypnose et à son utilisation en psychothérapie. Milton Erickson a obtenu des résultats thérapeutiques incroyables avec des patients considérés comme impossible à traiter par les autres psychiatres américains de l’époque. Erickson était surnommé « The Wizard », le magicien, par ses collègues.
L’hypnose ericksonienne (on dit aussi parfois « nouvelle hypnose ») s’oppose à l’hypnose classique du début du 20e siècle, par les moyens mis en oeuvre pour induire l’état d’hypnose et par la façon dont cet état est utilisé.

Induction

Dans l’hypnose classique, l’induction est autoritaire, l’hypnotiste donne des ordres au patient: « dormez », « fermez les yeux », etc. L’induction est globalement la même pour tout le monde. Mais tout le monde n’accepte pas de recevoir de tels ordres et c’est pourquoi les partisans de l’hypnose classique prétendent que tout le monde n’est pas hypnotisable.
L’induction en hypnose ericksonienne est adaptée au patient: pour ceux qui ont besoin d’ordres, on leur en donne, mais pour ceux qui ne les aiment pas on procède autrement. Les techniques d’induction sont nombreuses et variées, et surtout elles sont adaptées au patient et à son état psychologique au moment de l’induction. Un des principes de base de l’hypnose ericksonienne est d’utiliser ce que le patient apporte, c’est à dire ses caractéristiques psychologiques, son humeur du moment, ce qu’il aime, sa façon de parler, sa vision du monde, son mode de perception dominant (visuel, kinesthésique, auditif), etc.

Utilisation

Dans l’hypnose classique, l’hypnotiste donne des suggestions directes au patient pour supprimer son symptôme, ou changer son comportement. Les résultats sont très variables suivant la personnalité du patient et son problème, les résultats sont rarement durables. Dans cette façon de procéder, le patient est passif, il écoute les suggestions et ne fait rien d’autre.
Dans l’hypnose ericksonienne, la façon de faire est radicalement différente. Certes, on utilise toujours des suggestions, mais cela ne constitue qu’un des nombreux outils utilisés. Le principe de base est d’établir une communication avec l’inconscient du patient et ensuite à introduire des changements dans le fonctionnement même de l’inconscient. Il s’agit d’un processus interactif où le thérapeute réagit en fonction des réponses données par l’inconscient du patient. Cela permet de traiter les problèmes directement là où il se situent et de s’adapter aux besoins profonds du patient, d’où l’efficacité de l’hypnose ericksonienne.

L’hypnose ericksonienne fait partie des thérapies dites brèves. C’est une méthode qui vise à modifier légèrement l’état de conscience afin d’accéder à l’inconscient. Son but est de permettre au patient de puiser en lui les ressources nécessaires à la résolution de son problème.

L’hypnose ericksonienne est essentiellement préconisée pour des personnes ayant des troubles obsessionnels, des problèmes de dépendance ainsi que d’angoisse.

Qu’est-ce que l’inconscient ?

Il est difficile de donner une définition précise de l’inconscient. Nous avons un esprit qui fait fonctionner notre personne et une partie de cet esprit nous est connu, c’est ce que l’on appelle le conscient. L’inconscient c’est tout le reste. C’est un peu comme un iceberg, toute la partie qui dépasse de l’eau c’est notre conscient, et ce qui est en dessous c’est notre inconscient. La limite entre les deux est plutôt floue.
Si nous nous comparions à un ordinateur, nous pourrions dire que notre corps est le hardware et notre esprit le software. Et dans ce software, l’inconscient est le système d’exploitation (Windows, MacOS, Unix, Linux, VMS, MVS, etc.) tandis que notre conscient serait formé par tous les programmes applicatifs.
Notre inconscient est en prise directe avec notre corps. La plupart de nos gestes sont inconscients. Quand vous marchez, avez-vous conscience d’actionner chaque muscle à tour de rôle ? Non bien sûr. C’est notre inconscient qui se charge de cela. C’est la même chose quand nous écrivons, nous n’avons pas conscience des ordres élémentaires envoyés à chaque muscle, bien que nous puissions le faire volontairement si nous le voulons.
De même, les informations envoyées par notre corps vers notre esprit, sont d’abord interprétées par notre inconscient et par exemple une sensation, un bruit, une odeur, un contact, peut nous apparaître désagréable avant même que nous comprenions consciemment de quoi il s’agit.
La plupart de nos actes sont inconscients. Il nous arrive tout le temps de faire des choses en pensant à autre chose. Et qui tient les commandes pendant ce temps ? C’est notre inconscient. C’est particulièrement évident avec les tâches routinières ou en conduisant une voiture, mais en fait c’est le cas pratiquement tout le temps.